Monarchie danoise : une histoire de famille

Posted on

Une présentation de l’histoire, le fonctionnement et l’opposition à la monarchie au Danemark.

Monarchie au Danemark
La reine Marguerite II de Danemark lors d’une visite royale aux îles Féroé – GNU par Erik

Histoire de la monarchie danoise

La monarchie danoise a été reconnue au moment où Gorm le Vieux a commencé à régner. En ce temps, le monarque a été élu, mais plus tard, c’est le fils aîné du roi régnant qui le succède à sa mort. Dans cette monarchie, le roi s’engage à signer une chartre dans laquelle il accepte d’équilibrer son pouvoir et celui du peuple. Ce n’est qu’en 1660 et 1661, à l’introduction de l’absolutisme que l’hérédité sur la succession du règne a été formalisée. D’où l’apparition d’un décret en 1665.

Le 5 juin 1849, une constitution démocratique a fait en sorte que la monarchie devienne constitutionnelle. Le 27 mars 1953, une nouvelle loi sur la succession a vu le jour. Elle précisait que les femmes ont aussi droit à la succession au trône.

Le fonctionnement de la monarchie au Danemark

Le monarque est considéré comme le Chef de l’État dans la monarchie du Danemark. Mais tout compte fait, ce n’est qu’en forme extérieure puisque ce sont les ministres du cabinet qui tiennent le pouvoir exécutif. Ces ministres sont dirigés par un ministre d’État qui est le premier responsable. Quant au pouvoir législatif, il est appliqué par parlement danois qui est composé de 179 membres dont les 175 sont les représentants du Danemark métropolitain. Au niveau des tribunaux, ils ne dépendent pas du tout du pouvoir législatif et exécutif.

Au Danemark, les élections ont lieu tous les 4 ans, mais il se peut que le ministre d’État en décide autrement et organise un scrutin plus tôt que prévu.

L’opposition à la monarchie au Danemark

La phase ultime de l’opposition de la monarchie danoise est le martyre de Saint Knud Lavard. L’expression de cette idéologie se présente sous forme de théologie politique où les avantages politiques s’étendaient jusqu’en Mecklembourg, à l’aire slave se caractérisent aussi comme un avis royal. Ce qui fait que les pouvoirs du roi sont imités comme ceux du Christ. Ainsi, Knud Lavard et ses descendants devinrent à la tête des peuples slaves et leurs sujets.






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *