Home / Attractions de Copenhague / Christiania : une ville libre hippie pleine de cannabis

 

La commune de Christiania de Copenhague, au Danemark, est une célèbre ville culturelle, qui s’autoproclame, ville libre. Elle est en conflit avec le mouvement du pays qui veut la démolir, pour vente de cannabis.

Christiana
Interieur de Christiana

Histoire et tentatives de délogement

Christiania à Copenhague était une base de militaire de 35 hectares. Des individus décident d’y habiter depuis le début de l’année 1971 à cause d’une importante crise de logement à cette époque. Une communauté de hippie, de squatteurs et de chômeurs se forme par la suite sur le site. Le groupe est menacé de démolition depuis l’année 2001, pour des problèmes de drogues et de violence. L’année 2009, la Cour suprême de Danemark a jugé de rendre à l’État cette ancienne base navale. Une construction des centaines de logements était prévue. En revanche, les habitants qui comptent plus d’un millier rejettent cette appropriation. Une démolition d’un logement s’est même dégénérée en affrontement entre la force de l’ordre et les habitants.

Graffiti Christiana
Art de Christiana

Christiania de nos jours

De nos jours, cette ville libre, disposant de son propre hymne, de son drapeau, de sa propre monnaie et de ses propres politiques et organisations, perd sa liberté. En effet, la Cour suprême de Danemark, ayant décidé le retour de l’ancienne base navale à l’État, a décidé de rejeter l’appel des habitants, réfutant ce jugement le 18 février 2012. Ainsi, la longue bataille juridique entre les habitants de la ville libre et l’État arrive à son terme. Ce jugement oblige donc les personnes considérées comme des marginales, à trouver une négociation avec le gouvernement. Le mois de juin dernier en tout cas, les habitants de l’enclave ont décidé de lever des fonds et d’entamer des emprunts pour acheter les propriétés « squattées ».

Canaux de Copenhague
Canaux de Copenhague

Squat et drogues

Eglise Copenhague
Eglise de Copenhague

La ville des Christianites dispose de salles de cinéma, de restaurants, de lieux de théâtres, de lieux de spectacles, de nombreux bars et de radios libres. Elle devient le plus grand squat de l’Europe. Cependant, la violence y règne. Flemming Steen Munch, porte-parole de la police de Copenhague, racontait que : « les fauteurs de troubles ne sont pas des hippies de Christiania, mais de jeunes casseurs ». La raison qui a poussé le gouvernement à s’accaparer de la ville est aussi la vente de drogues. D’ailleurs, la vente se fait à l’air libre, sans intervention de la police. Le quartier, appelé : « peace and love » abrite des gangs qui se disputent pour gagner le privilège de la vente du cannabis.









 
Share this page
 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *